SYMPTOMES ET TRAITEMENT DE LA MENOPAUSE

L’âge adulte chez les femmes, en l’occurrence à partir de la quarantaine, est marqué par des changements majeurs au nombre desquels figure en bonne place la ménopause. Phénomène irréversible du temps, la ménopause encore appelée climatère se manifeste par l’arrêt des menstruations, en absence de toutes autres conditions, ainsi que des changements se produisant chez les femmes. Si les symptômes qui annoncent une ménopause convergent assez souvent, l’âge pour l’atteindre reste pour sa part assez varié. De même, elle n’a pas les mêmes implications chez toutes les femmes, même à l’intérieur d’une même famille.

Les changements survenant lors de la ménopause ont un impact certain sur la vie des femmes, favorisant plusieurs maladies opportunistes que nombre d’entre elles pensent irrévocables. Or, un accompagnement par des méthodes naturelles suffit au cours de cette période pour neutraliser les effets pervers.

Pourquoi la ménopause ?

D’un point de vue scientifique, les causes de l’arrêt des menstruations sont liées à une manifestation normale à un certain âge de la vie. Trois périodes essentielles sont à distinguer, faisant ainsi de la ménopause toute une succession d’étapes. Il s’agit de la pré-ménopause, de la péri-ménopause et de la ménopause proprement dite.

La pré-ménopause se caractérise par une faible et inconstante sécrétion d’hormones due à l’épuisement des réserves d’ovules dans les ovaires. Elle peut s’étendre de quelques mois à cinq années, et causer une fluctuation considérable des intervalles entre les menstruations et leur durée à cause de l’absence de progestérone (hormone produite après l’ovulation). Cet état de chose favorise l’épaississement de l’endomètre (paroi interne de l’utérus) et peut déclencher des menstruations excessives caractérisées par le passage de caillots, accompagnés ou non de douleurs menstruelles sous forme de crampes.

La péri-ménopause est l’étape intermédiaire entre la pré-ménopause et la ménopause. Elle a pour effets des bouffées de chaleur ressenties d’abord au niveau de l’abdomen ou du thorax, puis au visage et au cou. Elles vont de quelques secondes à plusieurs minutes et s’accompagnent parfois de palpitations et de sueurs, toutes choses qui perturbent le sommeil et entrainent des réveils répétés au cours d’une même nuit.

En outre, la péri-ménopause tout comme la ménopause est souvent marquée par une plus grande vulnérabilité sur le plan émotif : irritabilité, tendance à pleurer plus souvent, anxiété et manque de motivation ou d’énergie sont souvent ressentis par les femmes.

Quant à la ménopause, elle survient vers la fin de la péri-ménopause et se manifeste par une cessation définitive des menstruations et une faible quantité d’oestrogènes.

Comment se manifeste-t-elle ?

La ménopause influence la façon dont la plupart des femmes se sentent physiquement et émotivement. Ses manifestations se perçoivent sur deux plans fondamentaux.

Sur le plan psychologique, des tendances à la dépression, l’anxiété et la nervosité se notent chez certaines ménopausées. Mais pour la plupart, il s’observe des sautes d’humeur, de l’irritabilité, de l’anxiété, parfois même des pertes de mémoire et des problèmes de concentration. Certaines femmes se sentent dévalorisées et déprimées à cause de l’effet des oestrogènes sur les neurotransmetteurs impliqués dans la dépression.

A côté des symptômes psychologiques, se présentent une multitude de problèmes physiques importants, relevés au cours de la ménopause.

  • Sécheresse vaginale
    Due à la vaginite atrophique (minceur et fragilisation de la peau du vagin), elle est causée par la baisse du niveau d’oestrogènes dont le fondement se trouve dans la réduction de 60% du flux sanguin au niveau de la vulve et du vagin. Cette baisse a des effets notables au niveau du vagin, de la vessie et de la sexualité. Ainsi, la lubrification naturelle ayant diminuée, le vagin reste sec et irrité, ce qui favorise des relations sexuelles plus difficiles, voire désagréables.L’amincissement et l’aplatissement de la couche interne du vagin combinés à la faible production de l’acide lactique favorisent l’augmentation du caractère alcalin des sécrétions vaginales, de même que la fréquence des irritations et des infections vaginales.
    Près de 50% des femmes souffrent de la vaginite atrophique et des difficultés urinaires, parfois jusqu’à la mort.
  • Incontinence urinaire et infections urinaires
    Elles sont en lien avec la sécheresse vaginale et consistent en un écoulement involontaire de petites quantités d’urine lorsque l’on rit, éternue ou porte des paquets. Elles peuvent amener à uriner plus souvent, surtout la nuit. On comprend donc que cette absence de contrôle volontaire peut faire le lit à des infections urinaires susceptibles de se développer rapidement.
  • Bouffées de chaleur et sueurs nocturnes
    Elles commencent depuis la péri-ménopause chez certaines femmes et se concrétisent au cours de la ménopause par une sensation de pression au niveau de la tête, comparable à un mal de tête. Ensuite, l’intensité s’accroît progressivement et culmine pour laisser place à la bouffée de chaleur qui envahit en nappe l’organisme tout entier depuis la tête et le cou. Cette sensation thermique est suivie par une crise de sueur plus ou moins gênante surtout la nuit, marquée notamment au niveau de la tête, du cou et de la poitrine. Elle peut être ressentie aussi au niveau des joues et des jambes. L’épisode peut durer de 2 à 5 minutes et se terminer par des tremblements et des frissons. Les bouffées de chaleur surviennent durant le sommeil et causent de fréquentes périodes d’éveil nocturne et de l’insomnie. Elles peuvent être très incommodantes et même contribuer à causer ou augmenter la dépression.Ces relents s’expliquent par la diminution de la sécrétion d’oestrogènes, hormones à la base du mécanisme de régulation de la température corporelle. Leur réduction entraîne la défectuosité de l’appareil et engendre les bouffées de chaleur.
  • Diminution de la libido
    Si la vie sexuelle perd tout son intérêt chez nombre de ménopausées, d’autres la trouvent par contre plus stimulante à cause de l’absence de risques de grossesses imprévues. Plusieurs facteurs sont susceptibles de l’influer. Il s’agit entre autres de :

    • Diminution du taux d’hormones
    • Prise de médicaments
    • Problèmes de communication avec le conjoint
    • Modification de la réponse sexuelle due au vieillissement naturel.
  • Image corporelle
    La peau est également affectée par les manifestations de la ménopause. En effet, la diminution du liquide intracellulaire entraîne un amincissement du derme et de l’épiderme ainsi qu’une baisse de l’activité des glandes sudoripares (liées à la sueur). La peau devient alors plus sensible à la température et à l’humidité ; on note une accentuation de rides chez certaines femmes, la chute de poils pubiens, axillaires et des cheveux chez la plupart.

Se prémunir contre les symptômes de la ménopause

La ménopause est une disposition naturelle dans la vie de chaque femme à partir de la quarantaine. Ses symptômes, plutôt que de se voir entièrement éradiqués, peuvent être néanmoins contrôlés pour éviter leur propension.

A ce titre, plusieurs solutions sont proposées pour contrecarrer les effets néfastes de la ménopause. Parmi celles-ci, figure en tête le Traitement Hormonal de la Ménopause (THM) ou Traitement Hormonal de Substitution (THS). Souvent proposée pour maintenir la qualité de vie des ménopausées, cette méthode substitutive consiste à administrer des hormones pour remplacer celles que les ovaires ne produisent plus. Elle joue aussi un rôle préventif contre l’ostéoporose et la diminution des oestrogènes à la base d’une fragilisation de toute la structure osseuse.

Si ce traitement médicamenteux a fait ses preuves, il présente toutefois des revers et des limites ; d’où la nécessité de solutions plus efficientes, de compléments alimentaires ou homéopathiques pour une vie de qualité. Nous en proposons ici deux.

Le soja, un aliment remède contre la ménopause

La nourriture peut faire une grande différence dans votre santé et dans la façon dont vous vous sentez sur une base quotidienne.

La consommation du soja comme traitement contre la ménopause est un remède séculaire originaire du pays du soleil levant, le Japon. Il se propose comme une alternative naturelle à la thérapie hormonale.

Cette méthode naturelle s’explique par la forte concentration d’oestrogènes naturels dans cette céréale. Pour exemple, les préparations à base de soja contenant de l’isoflavoneont un effet semblable aux hormones. En outre, certaines études indiquent que les protéines de soja à base de tofu, le lait de soja ou le « tempeh » réduisent considérablement les bouffées de chaleur. Cependant, il faudra en manger une bonne quantité par jour pour avoir un effet hormonal mesurable (comparable à celui des THS).

Au total, les aliments épicés, l’alcool et la caféine sont à proscrire du fait de leur contribution aux bouffées de chaleur.

Nutri5, une méthode naturelle et efficace

Nutri5, produit de Nikken, est le fruit de 20 années de recherches.

Composé de protéines, de fibres et de germes de soja de haute qualité sans OGM (Organisme Génétiquement Modifié) auxquelles sont adjoints des aromatisants, colorant (betterave), antiagglomérant (dioxyde de silicone), épaississant (gomme xanthane) et sel, Nutri5 est un shake instantané ayant une saveur fraise.

Ses bienfaits dans le traitement des symptômes liés à la ménopause ont été démontrés par de nombreuses études scientifiques et une pléthore de témoignages de femmes l’ayant essayé, et qui ont constaté une nette amélioration après quatre à six semaines d’utilisation.

Grâce aux isoflavones de soja qu’il renferme et qui sont similaires à l’oestrogène humain, il intervient à la place de ce dernier dans le fonctionnement de certaines parties du corps.

Nutri5 se présente sous forme d’une poudre à laquelle il faut ajouter de l’eau pour en faire un shake ; il ne produit aucun effet secondaire.